in

Un nouveau rôle principal dans « La trahison d’Anne Frank »


Sullivan, poète et auteur primé d’ouvrages tels que « La fille de Staline » et « Villa Air-Bel », sur une planque à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale, est amplement qualifié pour resituer les lecteurs dans la réalité. Elle roule ici en tandem avec Thijs Bayens, un cinéaste, et Pieter van Twisk, un journaliste et chercheur que Sullivan décrit comme ayant « la rugosité de tous les bibliophiles ». En 2016, Bayens et van Twisk, tous deux néerlandais, ont embauché Vince Pankoke, un agent du FBI à la retraite en Floride qui « semble toujours vivre sous couverture, un homme doux et anonyme vêtu d’une chemise guayabera ». Ils ont réuni une équipe internationale de cas froids de criminologues; spécialistes du comportement, des données, médico-légaux et sociaux ; psychologues; un expert en écriture manuscrite; un rabbin; et bien d’autres, parmi lesquels un jeune étudiant qui s’est demandé, dans l’un des rares moments plus légers du récit, « Qu’est-ce qu’un annuaire téléphonique? » Ils sont également impatients de recevoir toutes les informations que vous pourriez avoir.

Crédit…Michel Rafelson

L’équipe a utilisé des techniques modernes de mégadonnées et un programme d’intelligence artificielle développé par Microsoft, ainsi que des reportages en cuir à l’ancienne, menant des dizaines d’entretiens et passant au peigne fin des archives privées et publiques. L’équipe a les reçus, comme dirait le jeune étudiant – souvent de vrais reçus, grâce à la tenue de registres diligents des chasseurs de primes allemands. En forme de procédural ou de polar, « La trahison d’Anne Frank » bourdonne néanmoins d’histoire vivante, de chaleur humaine et d’indignation. Il déplace avec agilité l’idée de «collaboration» sur huit décennies et près de 400 pages, du crime sombre et insidieux à la noble quête avec une transparence algorithmique.

Bayens et compagnie ont été choqués de découvrir ce que Sullivan appelle sèchement « le degré d’acrimonie entre les différentes parties prenantes de l’héritage d’Anne Frank ». Son titre semble également être un pied de nez au Fonds Anne Frank à Bâle, en Suisse – l’une des deux organisations caritatives créées par Otto Frank – qui a longtemps protégé de manière agressive sa part du droit d’auteur international compliqué des journaux et ne coopérerait pas avec le équipe de cas froids ; un administrateur a même tonné lors d’une première réunion que les enquêteurs ne pouvaient pas utiliser le nom d’Anne. L’autre, la Fondation Anne Frank à Amsterdam, qui a transformé Prinsengracht 263 en un musée très fréquenté, a été beaucoup plus utile, écrit Sullivan.

Informateurs possibles, selon diverses théories : un responsable d’entrepôt « d’une curiosité suspecte », Willem van Maaren ; Lena Hartog, l’épouse prétendument bavarde de son assistant; Job Jansen, un ancien employé qui a qualifié Otto Frank de traître pour avoir osé laisser entendre lors d’une rencontre informelle sur le trottoir que le Troisième Reich pourrait perdre la guerre; et un « personnage louche » et « opportuniste arrogant » nommé Anton Ahlers. Encore d’autres candidats : une « V-Frau » juive nommée Ans van Dijk – « v » signifiant vertrouwens, le mot néerlandais pour confiance – qui a dénoncé ses compatriotes juifs pour éviter d’être elle-même déportée ; et Nelly Voskuijl, qui était la sœur d’une femme qui avait aidé à dissimuler les Francs, et qui fréquentait l’ennemi et souffrait d’évanouissements.

Au moins un historien a suggéré qu’il n’y avait pas d’informateur – que la police est venue à l’entrepôt pour rechercher des cartes de rationnement contrefaites ou des violations du travail et est tombée sur l’annexe secrète cachée derrière une étagère en mouvement, remarquant peut-être des marques qu’elle avait laissées sur le sol. Sullivan encercle toutes ces possibilités comme Agatha Christie avec Zoom et une machine à voyager dans le temps. Le mélange de banalité et de terreur de la place de la ville n’est que trop présent dans des détails tels que ce qui se passerait lorsqu’une entreprise de déménagement, dirigée par Abraham Puls, viendrait récupérer les biens des déportés ; les voisins bouche bée appelaient cela être gepulst (pulsé).

What do you think?

8.8k Points
Upvote Downvote

modèle : @mary.nabokova @cosm…

Méta-Concert, Méga-Flop | ZebPay | Acheter Bitcoin & Crypto