in

SaaS Labs lève 42 millions de dollars pour sa plateforme d’automatisation commerciale, acquiert CallPage et Atolia –


SaaS Labs a levé 42 millions de dollars lors d’un nouveau cycle de financement, moins de trois mois après la clôture de son financement précédent, et a acquis deux startups alors qu’il cherche à développer de manière agressive sa plate-forme d’automatisation qui sert les équipes de vente et de support des petites et moyennes entreprises.

Sequoia Capital India a dirigé la série B de SaaS Labs. Base 10 Partners et Eight Roads Ventures, deux bailleurs de fonds existants, ainsi que les entrepreneurs Anand Chandrasekaran, Allison Pickens, Michael Stoppelman et Amit Agarwal ont participé à la ronde. Le nouveau financement fait suite à l’augmentation de 18 millions de dollars de la série A de la startup basée en Californie et à Noida en octobre.

Pour les grandes entreprises et les entreprises, des dizaines d’outils existent pour apporter plus d’efficacité dans leurs opérations de vente et de support. Mais ce n’est pas le cas des petites et moyennes entreprises. C’était l’apprentissage avec lequel Gaurav Sharma était parti dans son entreprise précédente, appelée HelloSociety, aux États-Unis. (La société a été acquise par le New York Times.)

« Les PME sont très mal aimées et mal desservies si vous regardez les offres logicielles qu’elles ont à portée de main », a-t-il déclaré à dans une interview. Les entreprises, en comparaison, « ont accès à des outils impressionnants pour améliorer la productivité de leurs agents », a-t-il déclaré.

Au cours des six dernières années, SaaS Labs a créé des outils alimentés par l’IA qui sont « tout aussi puissants » pour responsabiliser les équipes de vente et d’assistance des petites entreprises. Ces offres sont des solutions sans code, éliminant le besoin d’avoir une équipe informatique pour le déployer.

« Ces outils sont également très abordables et s’intègrent de manière transparente avec d’autres piles professionnelles et solutions matérielles sur site sur lesquelles comptent les petites entreprises », a-t-il déclaré.

Le défi auquel sont confrontés plus de 15 millions d’agents de vente et d’assistance aujourd’hui est qu’ils doivent mettre à jour manuellement leurs journaux d’appels et leurs outils CRM qui ne sont pas conçus pour offrir des mises à jour en temps réel à leurs responsables. Cela crée un vide dans leurs canaux de communication, où aucune intervention ne peut se produire en temps réel.

Tableau de bord de JustCall, une offre SaaS Labs qui permet aux PME de mettre en place un centre de contact basé sur le cloud pour les équipes de vente ou d’assistance en quelques minutes. (Crédits image : SaaS Labs)

« Le chaos commence à se produire lorsque vous avez une équipe de cinq personnes qui s’occupe de la communication avec les clients. Ainsi, ces équipes peuvent utiliser notre offre appelée JustCall.io, par exemple, qui s’intègre à plus de 100 autres outils professionnels. JustCall, qui dispose d’une base de données de plus de 100 millions d’appels à traiter, utilise l’apprentissage automatique pour accéder à la qualité des appels et savoir si le playbook ou le flux de travail est suivi. Les responsables ne peuvent alors que regarder les appels qui ont été mal notés au lieu d’essayer de passer au crible chaque appel », a-t-il déclaré.

La startup compte plus de 6 000 clients dans le monde. Il voit généralement une petite entreprise rejoindre la plate-forme en payant aussi peu que 25 $ par mois et les heures supplémentaires passent joyeusement à payer des dizaines de milliers de dollars par an à mesure que leur entreprise se développe.

Aujourd’hui, plus de 70 % de ces clients sont basés aux États-Unis et 10 % au Royaume-Uni. Certains de ses clients incluent Grab, GoStudent, Booksy, HelloFresh.

La startup, qui est rentable depuis des années, a déclaré avoir multiplié ses revenus par 2,5 l’an dernier.

Jeudi, il a également annoncé deux acquisitions – la société polonaise CallPage, un outil d’automatisation des rappels permettant aux équipes commerciales de se connecter instantanément avec leurs prospects, et la société française Atolia, un outil de productivité et de collaboration. (Leurs équipes rejoindront Saas Labs en tant qu’employés à temps plein.) Sharma a déclaré que ces acquisitions aidaient SaaS Labs à élargir son offre de produits et à approfondir son empreinte sur divers marchés.

Une partie des nouveaux fonds sera déployée pour acquérir de nombreuses autres startups, a déclaré Sharma.

« Bien que nous soyons bien capitalisés, ce cycle nous donne la puissance de feu nécessaire pour doubler ce qui fonctionne, embaucher de grands talents à l’échelle mondiale, lancer des produits innovants, nous concentrer sur le marketing de marque et devenir agressifs avec des fusions et acquisitions stratégiques. Alors que les PME continuent d’adopter des logiciels pour moderniser différentes fonctions telles que les ventes, le support et le marketing, etc. au sein de leur entreprise, nous sommes convaincus que SaaS Labs sera en mesure de saisir cette opportunité et de se multiplier par 30 au cours des 5 à 7 prochaines années.

Il envisage de rendre SaaS Labs public dans les quatre à cinq prochaines années, a-t-il déclaré.

«SaaS Labs construit une plate-forme de communication client multicanal pour les petites et moyennes entreprises. Grâce à une suite de produits, il offre une expérience qui allie l’efficacité du numérique et l’intimité des canaux de communication hors ligne », a déclaré Tejashwi Sharma, MD chez Sequoia Capital India, dans un communiqué.

« Son produit phare JustCall, par exemple, a été en mesure d’avoir un impact profond. Les clients ont, en moyenne, rapporté un gain de temps de 12 heures par semaine par agent sur les tâches manuelles tandis que la satisfaction client s’améliorait de 30 %. Sequoia Capital India est ravi de s’associer à Gaurav et à l’équipe alors qu’ils construisent l’avenir de la communication client », a-t-il ajouté.

soure : .com

What do you think?

8.8k Points
Upvote Downvote

Le piratage multichaîne s’aggrave alors que la perte de fonds atteint 3 millions de dollars: rapport

Les modèles Buick LaCrosse, Regal et Chevy Malibu vendus dans certains États peuvent présenter une défaillance de la suspension arrière