in

Les interdictions de voiture ne résoudront pas la pollution de l’air pour tout le monde


Au cours des dernières années, notre prise de conscience de l’impact des émissions de carbone a explosé. En réponse, de nombreuses villes tentent de réduire l’utilisation des voitures (en particulier des ICE) dans les centres urbains en faveur des piétons, des cyclistes et des transports en commun.

Mais une telle approche fait-elle réellement une réelle différence sur les niveaux de pollution de l’air ? Nous allons jeter un coup d’oeil:

Quel est le problème avec les voitures ?

Vous connaissez probablement les statistiques, mais prenons juste un petit rappel.

Selon une recherche conjointe de l’Université de Harvard et de diverses universités britanniques, plus de 8 millions de personnes sont mortes en 2018 à cause de la pollution par les combustibles fossiles.

En fait, les chercheurs ont estimé que l’exposition aux particules provenant des émissions de combustibles fossiles représentait 18 % du total des décès dans le monde en 2018, soit un peu moins d’un sur cinq.

Cependant, toutes les émissions ne proviennent pas des voitures. La fabrication industrielle, les raffineries de pétrole, les événements naturels comme les conditions météorologiques, les tempêtes de poussière, les feux de brousse et l’activité agricole contribuent tous aux niveaux de pollution.

Mais les recherches de 2020 ont révélé que 41 % des émissions mondiales de transport proviennent de voitures ICE (essence). Plus la voiture est vieille, plus la pollution est importante.

Mais les choses ne sont pas si simples.

Les VE ne sont pas irréprochables

Ce ne sont pas seulement les gaz d’échappement des ICE qui sont à blâmer. En réalité, 55% de la pollution routière provient de particules autres que les gaz d’échappement des deux types de voitures. De cela, environ 20% provient de la poussière de frein qui, lorsqu’elle est inhalée, peut problèmes respiratoires importants.

Donc, sans surprise, il y a une grande pression pour sortir complètement les voitures (et les camions, autant que possible) des zones urbaines à fort trafic.

Quelles sont les initiatives ?