in

Le télescope Webb est prêt pour la SCIENCE. Voici ce que cela signifie


La NASA devrait publier les premières images prises par le télescope spatial James Webb le 12 juillet 2022. Elles marqueront le début de la prochaine ère de l’astronomie alors que Webb – le plus grand télescope spatial jamais construit – commencera à collecter des données scientifiques qui aideront répondre aux questions sur les premiers instants de l’univers et permettre aux astronomes d’étudier les exoplanètes plus en détail que jamais auparavant. Mais il a fallu près de huit mois de voyage, de configuration, de test et d’étalonnage pour s’assurer que ce télescope le plus précieux est prêt pour les heures de grande écoute. Marcia Rieke, astronome à l’Université de l’Arizona et scientifique en charge de l’une des quatre caméras de Webb, explique ce qu’elle et ses collègues ont fait pour mettre ce télescope en marche.

1. Que s’est-il passé depuis le lancement du télescope ?

Après le lancement réussi du télescope spatial James Webb le 25 décembre 2021, l’équipe a entamé le long processus consistant à déplacer le télescope dans sa position orbitale finale, à déplier le télescope et – à mesure que tout refroidissait – à calibrer les caméras et les capteurs à bord.

Le lancement s’est déroulé aussi bien qu’un lancement de fusée peut l’être. L’une des premières choses que mes collègues de la NASA ont remarquées était que le télescope avait plus de carburant à bord que prévu pour effectuer de futurs ajustements à son orbite. Cela permettra à Webb de fonctionner beaucoup plus longtemps que l’objectif initial de 10 ans de la mission.

La meilleure expérience au meilleur prix

Obtenez des billets pour les lève-tôt pour la conférence TNW 2022

La première tâche pendant le voyage d’un mois de Webb vers son emplacement final en orbite a été de déplier le télescope. Cela s’est déroulé sans aucun accroc, à commencer par le déploiement à blanc du pare-soleil qui aide à refroidir le télescope, suivi de l’alignement des miroirs et de l’activation des capteurs.

Une fois le pare-soleil ouvert, notre équipe a commencé à surveiller les températures des quatre caméras et spectromètres à bord, attendant qu’ils atteignent des températures suffisamment basses pour que nous puissions commencer à tester chacun des 17 modes différents dans lesquels les instruments peuvent fonctionner.

Une pièce de technologie compliquée plaquée or posée sur une table.