in

Le créateur de Second Life revient pour conseiller la société métaverse d’origine –


Le créateur de l’un des mondes virtuels les plus anciens et les plus emblématiques revient à ses racines. Le fondateur de Second Life, Philip Rosedale, rejoindra l’entreprise qu’il a fondée en 1999 en tant que conseiller stratégique après que High Fidelity, la société d’audio spatial Rosedale cofondée en 2013, ait investi dans le développeur de Second Life, Linden Lab. L’accord comprend un investissement en espèces non spécifié, des brevets pertinents et certains membres de son équipe de développement.

« Personne n’a réussi à construire un monde virtuel comme Second Life », a déclaré Rosedale dans un communiqué de presse. « Les grandes technologies qui distribuent des casques de réalité virtuelle et créent un métaverse sur leurs plateformes de modification du comportement axées sur la publicité ne créeront pas une utopie numérique magique et unique pour tout le monde. Second Life a réussi à créer à la fois une expérience positive et enrichissante pour ses résidents – avec de la place pour des millions d’autres à rejoindre – et en même temps construit une entreprise florissante par abonnement. Les mondes virtuels n’ont pas besoin d’être des dystopies.

Alors que des entreprises comme Meta lancent leurs propres visions du métavers, Rosedale est restée un critique virulent de certaines des dynamiques qui sous-tendent l’ère actuelle de la vie en ligne, des réseaux sociaux basés sur la publicité à l’impact environnemental de l’énergie générée par Opérations de minage de Bitcoin.

Alors que peu d’utilisateurs de Roblox sont assez vieux pour avoir plus qu’une familiarité passagère avec Second Life, si c’est le cas, la plate-forme sociale virtuelle de Rosedale a été la pionnière de nombreux concepts qui n’ont été que très récemment mis en avant sous l’égide du « métaverse ». Second Life a exploré les notions d’identité numérique, d’immobilier virtuel, d’économies numériques et d’écosystèmes multijoueurs en ligne au début des années 2000, à l’époque où Facebook n’existait que pour connecter les étudiants des universités d’élite.

Rosedale est déjà régulièrement en communication avec le président exécutif de Linden Lab, Brad Oberwager, selon la société, mais approfondira considérablement son implication dans les plans de produits de la plate-forme dans le nouveau rôle de conseiller. Et le travail actuel de High Fidelity reste extrêmement pertinent pour la seconde vie de Second Life : un certain nombre de plateformes sociales ont récemment ajouté de l’audio spatial pour créer des expériences plus immersives, et certaines d’entre elles, comme Clubhouse, octroient une licence au code de High Fidelity pour le réaliser.

« Depuis que Philip a lancé Second Life en 1999, son approche visionnaire a non seulement résisté à l’épreuve du temps, mais l’a positionnée pour l’avenir », a déclaré Oberwager. « Lui et l’équipe High Fidelity ont une expérience inégalée et j’ai hâte de capitaliser sur la vaste opportunité qui s’offre à nous. »

Avec Rosedale de retour dans le giron, il semble que Linden Lab soit intéressé à puiser dans cette magie des premiers moteurs. Mais Second Life a un long chemin à parcourir pour retrouver sa pertinence. Fortnite-maker Epic, Roblox, Meta et une myriade d’autres grandes entreprises parient gros sur un avenir proche (ou sans doute le présent, selon à qui vous demandez) de mondes virtuels peuplés d’identités numériques avec des produits virtuels lucratifs sans fin proposés. La propre perspective de Rosedale n’est pas susceptible d’imiter les aperçus du métaverse que certaines plates-formes offrent maintenant, il sera donc intéressant de voir comment quelqu’un qui réfléchit à ces problèmes depuis vingt ans envisage les mondes virtuels que les entreprises sont soudainement si enthousiastes. nous emménageons tous.



soure : .com

What do you think?

8.8k Points
Upvote Downvote

La décision d’exploiter ou d’acheter du Bitcoin

Pouvez-vous perdre du poids en faisant du vélo Cruiser ?