Bill Gates a dit un jour : – Si General Motors avait eu la même progression technologique que l’industrie informatique, nous conduirions aujourd’hui des automobiles coutants 25 dollars et qui parcourraient 2000 miles avec 6 litres. Plutôt que de polémiquer avec le patron de Microsoft, General Motors répondit en se demandant à quoi ressemblerait une voiture dotée de Windows, le logiciel d’exploitation vedette de Microsoft. Le résultat ? Un bijou de drolerie : – La voiture aurait un accident sans raison compréhensible deux fois par jour. – De temps en temps, le véhicule quitterait l’autoroute sans raison. – Chaque fois que les lignes blanches seraient repeintes, il faudrait acheter une voiture neuve. – L’airbag demanderait « Etes-vous sur ? » avant de s’ouvrir. – Occasionnellement, la condamnation centralisée des portes se bloquerait. Pour la débloquer, il faudrait tirer simultanement la poignée de la porte, tourner la clé dans la serrure et, d’une autre main, attraper l’antenne radio. – Macintosh développerait des voitures fonctionnant a l’énergie solaire. Fiables, cinq fois plus rapides, deux fois plus légères, elles ne pourraient emprunter que 5% des routes. – General Motors forcerait l’automobiliste à acheter avec chaque voiture un jeu de cartes routières à General Motors. Si le conducteur refusait cette option, sa voiture roulerait deux fois moins vite. – Chaque fois que General Motors sortirait un nouveau modèle, le conducteur devrait réapprendre à conduire, puisque aucune commande ne serait conforme aux modèles précédents. – Enfin, il faudrait appuyer sur le bouton Démarrer pour stopper le moteur !