Il est parfois plus sage d’avouer son ignorance que de répondre d’un ton suffisant, à tort et à travers