Deux moutons se rencontrent : – mon pauvre ami, lance l’un, vous me semblez très fatigué – pour ça, oui j’ai été obligé de compter cinq cent vingt-sept bergers avant de m’endormir