C’est un gars qui roule en voiture sur l’autoroute et qui se fait flasher à 180 km/h par un radar planqué sous un pont. Trois kilomètres plus loin, il est arrêté au péage, et un policier vient lui rappeler le code de la route : – Vous venez de vous faire flasher à 180 km/h… Je suppose que vous savez que sur les autoroutes françaises, la vitesse est limitée à 130 km/h. Allez ranger votre voiture et suivez-moi ! Une fois dans le car, le policier commence à remplir le PV. Il pose les questions rituelles : identité, permis de conduire, profession… L’automobiliste en infraction commence à s’impatienter. Il répond : – Mon boulot ? Je suis ré-aléseur de trous-du-cul ! – Pardon ? Répond le policier, vous êtes QUOI ? – Je suis ré-aléseur de trous-du-cul ! – Et ça consiste en quoi, ça ? – Eh bien, les gens m’appellent, et ils me disent qu’ils voudraient avoir un trou-du-cul plus large. Alors j’arrive, et je commence : un doigt, puis deux, puis toute la main, puis les deux mains, puis je pose des étais et des crics et finalement je m’arrête quand j’obtiens un trou-du-cul de 1,80 mètres. Le policier a le regard dans le vague et la bouche ouverte. Mentalement, il essaie de se représenter les scènes que le type vient de lui décrire. Finalement il reprend ses esprits : – Mais bon sang, qu’est-ce qu’on peut bien faire avec un trou-du-cul de 1,80 mètres ? Alors l’automobiliste répond : – On lui file un radar et on lui dit d’aller se planquer sous un pont !